Tournoi "Le Choc des Fers" : combat médiéval, les duels

Originaire de Montaigut-le-Blanc, je partage ici mes expériences médiévales.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retour au château de Murol pour cette deuxième journée du tournoi de combat médiéval « Le Choc des Fers ».
Aujourd’hui la lice accueille les compétitions en individuel dans différentes catégories.
Toujours du grand spectacle, maintenant sous le soleil, et avec les tribunes remplies. Parfait !

Précédement :
1. Compte-rendu 1ère journée : le tournoi de béhourd

Dimanche 24 août : deux duels avant le tournoi

Nous avions quitté Murol hier sous la pluie (cf. compte rendu du samedi 23 août). Nous le retrouvons ce matin sous les nuages, mais avec la promesse d’un soleil à venir…

choc-des-fers-001-preparatifs-les-preux-montacutins

Dans la haute-cour, les préparatifs vont bon train : il n’y a (heureusement) pas eu beaucoup de casse sur la première journée (2 doigts tout de même) et les combattants sont motivés pour cette nouvelle journée. Le plaisir d’être là se lit sur les visages ! Et quand je racontais, hier, que les écuyers étaient nécessaires pour aider à l’équipement des combattants… je confirme : plus il y en a, mieux c’est !

choc-des-fers-008-preparatifs-les-preux-montacutins

Est-ce le temps, plus clément, ou bien les touristes fraichement débarqués de leur habituel chassé-croisé du samedi ? Toujours est-il que les tribunes furent plus remplies aujourd’hui qu’hier. Les responsables du château ont compté 1000 visiteurs sur la journée (contre 400 la veille). Dans ces 1000 visiteurs, quelques Preux Montacutins, modernement — et donc horriblement — vêtus… « Coucou ! »

choc-des-fers-011-preparatifs-les-preux-montacutins

 

1. Catégorie « armes d’hast »

Déjà, quand Benjamin Simons, le speaker, annonce la catégorie, je bloque. Qu’est-ce qu’un daste ?

Heureusement que Wikipedia est là pour m’aider à comprendre : une arme d’hast est un long manche (la hampe) au bout duquel est fixé une pointe en fer. Il y en a de toutes sortes, et il me semble que celles utilisées aujourd’hui par les deux combattants qui se présentent dans cette catégorie sont des bardiches (et bien non, manqué, ce sont des vouges, merci pour la correction Benjamin Simons !).

choc-des-fers-102-arme-hast-les-preux-montacutins

Le combat se déroule en deux rounds gagnants d’une minute chacun, séparés par une minute de pause. Julien Roumaud, des Bannerets d’Auvergne (photo ci-dessus) affrontera Marius Bertolini, de Aquila Sequania.

C’est une arme qui, soyons honnêtes, me fait peur. Grâce à sa longueur, la force déployée à l’impact est redoutable, et comme c’est une arme à deux mains, pas de bouclier pour se protéger ! Plus tard, Marius me dira qu’il aime cette arme « car c’est un outil avec lequel on peut gérer les distances de combat longues et courtes… bien utilisée elle peut se révélée dévastatrice car son poids et son allonge décuple son pouvoir de percussion… » De là à dire que c’est une arme de bourrin, il n’y a qu’un pas… mais que Marius valide à demi-mot : « la façon de s’en servir dépend de chaque combattant. Pour les autres armes de duel, la souplesse et l’agilité sont de rigueur donc pas faites pour moi ! »

Julien, de son côté, juge que cette discipline est « celle qui demande le plus de dextérité et de courage car ce sont des armes qui font extrêmement mal à l’impact mais qui ont un maniement très intéressant. »

choc-des-fers-113-arme-hast-les-preux-montacutins

Les deux combattants se connaissent bien. Le match est disputé et au final remporté de peu par Marius.

Julien Roumaud vs Marius Bertolini : 1-2 0-0 2-3

Pourtant rien n’était joué d’avance : bien qu’ayant une grosse motivation à l’entrée du combat, les deux combattants sont diminués par leur équipement, notamment par leurs casques. Celui de Julien n’était pas adapté à ce genre de combat, ce qui fait qu’il a « passé plus de temps à chercher [son] adversaire qu’à combattre » , tandis que celui de Marius avait été déformé la veille (il avait « subit quelques modifications par [ses] adversaires » ) et ne se plaçait pas correctement sur sa tête.

choc-des-fers-115-arme-hast-les-preux-montacutins

Tous deux ressortent déçus de leur rencontre. Connaissant la technique de son adversaire (et donc ses failles…), Marius aurait voulu « placer beaucoup plus de belles techniques » : « je sors déçu de ce combat car je voulais vraiment en profiter pour tester tous les maniements que je connais… la victoire, elle est écrite dès notre premier pas en lice alors quand on nous l’annonce cela ne nous surprend guère. »

En plus de son équipement pas adapté, Julien se blesse pendant la rencontre : « en début de 2ème manche je me suis fais une entorse du genoux qui n’arrangeait pas les choses. J’ai terminé amoindri et je n’ai pas fais les efforts supplémentaires pour gagner la 2ème manche que je perds 3 à 2… » Un mauvais moment à passer : « il était temps que ça se termine pour moi ! »

choc-des-fers-117-arme-hast-les-preux-montacutins

 

2. Catégorie « pro fight »

Le pro-fight correspond en fait à ce qu’on a vu hier : du béhourd (donc avec un armement libre), mais en 1 contre 1.
D’après les règles internationales, le combat se déroule en 3 rounds de 2 ou 3 minutes, durant lesquels les combattants doivent marquer le plus de points avec 2 minutes de repos entre chaque round. Pour marquer les points, il faut toucher son adversaire (aussi avec son arme, par un coup de bouclier, de pieds, de poings, de coude, de genoux, de tête…), ou le faire tomber (ce qui rapporte directement 9 points !).

Seuls deux combattants se sont présentés dans cette catégorie : Guillaume Martins (en noir et blanc), et Mathias Malandrin (en jaune et bleu), tous deux armés d’un fauchon :

choc-des-fers-205-pro-fight-les-preux-montacutins

Ils sont tout deux grands débutants : c’est leur première fois en lice ! Guillaume était hier remplaçant dans l’équipe d’Aquila Sequania et n’a pas encore combattu, étant malade samedi. Il s’est inscrit uniquement en pro fight, parce que c’est ce qui ressemble le plus au 5v5 de la veille : « L’entraînement pour le pro-fight et le 5vs5 est quasiment le même : si on est bon en pro-fight, on est bon en 5vs5 ; enfin, du moins théoriquement. Après, ce n’est pas le genre de combat le plus simple pour débuter. En fait c’est la forme de combat la plus dure du Béhourd, car la plus éprouvante physiquement. C’est pour ça que j’étais le seul inscrit je pense… 🙂  »

Quant à Mathias, en effet il n’était initialement pas du tout prévu qu’il combatte : il était simplement venu en tant qu’accompagnateur de l’équipe ! Voyant Guillaume seul inscrit en pro fight, ses camarades lui ont prêté une armure et il s’est retrouvé aussitôt sur le terrain : « Dimitri et Roman sont des amis et ça fait un moment qu’ils essaient de me « recruter ». Arrivé à Murol je suis tombé sous le charme de ce sport et je me suis donc lancé en pro fight contre Guillaume sans aucune expérience et avec l’armure de Dimitri ! « 

Apprenant tout ça, l’arbitre décide de diminuer la durée des rounds, « histoire qu’ils arrivent jusqu’au bout » , se justifie-t-il au chrono. 1’30 par round avec 2 minutes de pause.

choc-des-fers-210-pro-fight-les-preux-montacutins

Le combat commence et Mathias est tout particulièrement observé par Roman, le Capitaine d’Aquila Sequania : ce combat sert de test d’entrée dans l’équipe. En face, si Guillaume n’a jamais combattu, il a déjà eu l’occasion de s’entrainer. Il part donc, logiquement, avec un avantage. Je lui laisse raconter la suite :

« A peine le combat commencé, j’ai pris une série de coup de fauchon à la tête. Mathias est jeune, fait de la muscu, est hyper motivé, donc il y a été gaiement.
J’ai supporté les coups sans broncher. Je lui en ai rendu quelques uns. Mais rapidement, j’ai manqué d’énergie. Comme je m’étais entraîné durant environ un mois et demi avant ce combat, je sentais que mon cardio était bon, mais je manquais de l’énergie que j’avais dépensé le samedi dans les toilettes
[Guillaume était malade hier, NDR]

Malgré tout Mathias se fatiguait rapidement, car bien que ses coups étaient puissants (j’en ai gardé quelques beaux bleus sur mes cuisses le lendemain), je voyais bien qu’il avait du mal dès le 2e round à lever les bras et à me donner plus de deux ou trois coups d’affilés. D’autant qu’il ne tenait pas bien sur ses jambes. Et cela m’a rendu furieux car je sentais que je pouvais le battre mais que je n’en avais pas l’énergie. Comme je voyais qu’il ne tenait pas bien sur ses jambes, je tentais deux assauts pour le déstabiliser et le faire reculer et tenter de le pousser. Mais la différence de poids s’est révélée et je n’ai pas réussi. C’est pourquoi dans les cinq dernières secondes du dernier round j’ai tenté de le renverser en le plaquant à la taille, mais mon manque d’énergie et la différence de poids ont fait que je n’ai que « rebondi » sur Mathias et suis tombé en arrière. J’ai réussi à rouler sur moi-même et à me relever mais Mathias a été plus prompte et m’a donné un coup de pied qui m’a envoyé définitivement à terre. »

choc-des-fers-219-pro-fight-les-preux-montacutins

Mathias Malandrin vs Guillaume Martins : 20-9 9-11 19-7

Mathias sort de cette rencontre super motivé : « Pour moi c’était plus de la découverte, je n’avais pas vraiment de pression ni rien; mon but était simplement d’essayer l’armure et me lancer au feeling 😀 et ça s’est plutôt bien passé mis à par que je n’avais aucune visibilité à cause du casque qui n’était pas réglé a ma tête… En tout cas, maintenant je suis contaminé ^^ : l’armure est en commande ! Roman veut que je sois remplaçant pour le tournoi de Montbazon, les 13 et 14 septembre. »

C’est à cette prochaine date que Guillaume compte se refaire : « Je suis bien sûr déçu d’avoir perdu mon premier combat. Je pense que j’aurai pu le remporter même avec la quantité de complications dont j’avais à faire face, mais il m’aurait fallu être plus agressif et surtout déjà avoir l’expérience que j’ai acquise lors de ce premier combat. J’espère que pour mon prochain combat je serai à 100% de mes capacités et que je pourrais appliquer l’expérience que j’ai acquise aujourd’hui ! »

Je leur souhaite à tous deux un très bon tournoi à Montbazon !

 

Un grand merci à Julien, Marius, Mathias et Guillaume pour leurs témoignages !

 

La suite :
3. Compte-rendu 2e journée : les combats épée-bouclier
4. Compte-rendu 2e journée : les combats à l’épée deux mains et le béhourd final
Sieur Guillaume

Sieur Guillaume

Originaire de Montaigut-le-Blanc, je partage ici mes expériences médiévales.
Sieur Guillaume

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comments

Laisser un commentaire

Login with your Social ID

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *